Les avantages et inconvénients du faux plafond tendu

Le faux plafond tendu est une toile composée de polychlorure de vinyle (PVC) ou de polyester recouvert d’une pellicule de polyuréthane, ce qui lui donne la particularité de résister à l’eau, aux flammes, aux moisissures, etc.

Cette toile est fabriquée sur-mesure en fonction des dimensions souhaitées et elle est thermo-extensible, c’est-à-dire qu’elle s’assouplit ou se solidifie sous l’effet de la chaleur.

Le faux plafond tendu peut s’adapter à la forme et aux dimensions de votre plafond. Voici ses avantages et inconvénients.

[A lire aussi les plafonds suspendus]

Les avantages

Le plus gros avantage du faux plafond tendu est son aspect décoratif. Ce type de faux plafond offre une grande variété de choix de textures, de motifs et de couleurs, ce qui vous donne la possibilité de transformer votre intérieur et de l’embellir à votre guise.

Le faux plafond peut être uni ou à imprimés. Vous avez la possibilité d’intégrer des luminaires ou d’opter pour un faux plafond tendu lumineux. Plusieurs choix s’offrent à vous et les possibilités de styles sont très nombreuses : faux plafond droit, tendu en 3D, en relief, etc.

Ce type de plafond vous permet également de camoufler de façon élégante les irrégularités et les traces persistantes (humidité, fissures, etc.). Autre avantage du faux plafond tendu : il joue le rôle d’isolant thermique et sonore et contribue ainsi à améliorer les performances de l’habitation.

Les inconvénients

Le premier inconvénient du faux plafond tendu est son installation qui est relativement complexe. Il n’est pas recommandé de le poser soi-même sans les compétences nécessaires, l’intervention de professionnels est préférable pour bénéficier d’un travail de précision.

Le deuxième inconvénient du faux plafond tendu est son prix assez élevé avec un prix minimum situé entre 50 et 70 €/m2. En fonction des caractéristiques du faux plafond choisies, le prix peut excéder cette moyenne.

Le faux plafond tendu a une durée de vie variable en fonction du modèle. Sa durabilité moyenne est de 20 ans, cependant, les faux plafonds les moins coûteux peuvent jaunir ou se déchirer plus tôt. Pour finir, le PVC n’est pas biodégradable et peut produire des composés organiques volatils, dangereux pour la santé.